L'importance de la couronne végétale dans l'Antiquité

L'ancêtre de notre turban César et de la couronne royale était la guirlande de feuilles (lauriers, chênes...). Durant l'Antiquité Grecque et Romaine, cette couronne végétale se portait en signe de gloire éternelle.


Turban César, Le Turban, photo par The Spectators Productions


Tout d'abord en feuilles végétales, Pline attribue aux Étrusques les premières utilisations de feuilles en métal précieux comme l'or. La couronne ornementale devient symbolique auquel s'ajoute les emblèmes de victoire, de renommée, de poésie et d'autorité royale. À cela, le choix du type de plante utilisé a son importance: le chêne représente la force, le laurier est signe d'éternité, le lierre qui rampe et s'accroche de ténacité, le blé est le signe de la vivacité.


couronne de feuilles de chêne, provenant de Grèce, IVème siècle av.J-C, collection privée

La Figure, cornucopia, Ve siècle avant J.-C., fresque de Pompéi,

Ces précieuses couronnes, symboles de gloire éternelle, étaient les trophées qui récompensaient les vainqueurs de concours de poésie, de compétitions sportives, d'expéditions militaires. Elles étaient portées lors des célébrations religieuses et dans les processions. Offrandes aux dieux, ensevelies avec les défunts, les couronnes végétales faisait partie de la vie après la mort et divine comme augure d'éternité.

Attribut de la Victoire et de la Renommée, la couronne est l'un des ornements des Muses allégories des arts et ceindant la tête des grands poètes comme Virgile, Dante ou Homère.


Homère déifié, Jean-Auguste-Dominique Ingres, 1827.

Enfin pour l'anecdote, au XVIème siècle, Cesare Vecello raconte que pour cacher sa calvitie, Jules César aurait obtenu du sénat le privilège de porter en permanence la couronne de laurier. La mode fut lancée, suivie ensuite par les empereurs romains.



Le XIXème siècle retrouve le goût pour l'Antiquité Greco-Romaine et l'archéologie. Il met en lumière les représentations picturales de couronnes de feuilles d'or qui succèdent aux reproductions précises de cet ornement, symbole d'une certaine nostalgie de l'ère païenne.